Devis Express

Les boomers sont-ils en train d’inventer la révolution des âges ?

Banniere1-1col-NL-CLIENT-dec19
 
1 français sur 4 est né entre 1945 et 1965, pendant ce que l’on appelle la période du baby-boom, cette explosion des naissances d’après guerre. Ceux que l’on nomme plus volontiers les boomers, sont maintenant âgés de 54 à 74 ans.
20 ans séparent les plus jeunes des plus âgés, et malgré la diversité de leurs profils, tous partagent une même réalité. Ils représentent “les” générations du vieillissement accéléré de la population.


Les boomers aux prises avec l’histoire
 

Les boomers, ce sont donc tous ces très nombreux “nouveaux et futurs seniors”, nés dans l’opulence d’après-guerre et marqués (ou tout au moins traversés) par de profonds changements de société tant sur le plan des mœurs, de la culture que des technologies.
 
Comme une évidence, il apparaît d’ores et déjà impératif de mieux identifier les attentes, la manière dont les boomers appréhendent leur propre vieillissement, leurs choix de vie actuels et futurs. C’est dans cette perspective que le groupe Oui Care a mené en septembre 2019 une enquête inédite auprès de plus de 2200 boomers et leurs enfants.
 
Car le défi démographique à venir ne peut pas, et ne doit pas, se résumer à une question de chiffres. Mieux comprendre les attentes et les besoins de ces nouveaux/futurs seniors afin de proposer des offres de services adaptées et de former en ce sens les professionnels à domicile, tels sont les enjeux qui nous animent au sein du groupe Oui Care comme chez O2.
 

Le défi démographique qui anime tant les débats sociétaux actuels vient du fait que nous allons vivre une époque tout à fait inédite dans l’histoire de l’humanité.
 
Des signaux forts :
Une baisse de la natalité en dessous du seuil de remplacement des générations
L’allongement de l’espérance de vie
L’arrivée à des âges avancés d’un nombre considérable et croissant d’individus
 
Des perspectives déroutantes : à l’horizon 2070, on compterait 1 personne âgée de “65 ans et plus” pour 2 personnes âgées de “20 à 64 ans” (Insee).

 

Les grands enseignements de l’enquête Oui Care
 


 
Des boomers bien dans leur âge
89% déclarent bien vivre leur âge et 86% l’assumer totalement, malgré la perception de certaines limitations pour faire ce qu’ils ont envie de faire chez 42% d’entre eux.
 

Des boomers qui partagent avant tout une représentation positive du vieillissement
 

Vieillir, c’est avant tout :
“Avoir le temps de profiter de la vie” (91%)
“Ne plus avoir de contraintes” (87%)
“Pouvoir transmettre aux générations futures ce que l’on a appris” (87%)
“Être libre de faire ce que l’on veut” (86%)
 

Rien que du bon dans le fait de vieillir pour les boomers ?
L’étude montre effectivement que les aspects plus négatifs de “dépendance” et de “solitude” sont beaucoup plus minoritaires (21% et 30%). Mais cela ne signifie pas pour autant que la perspective de la perte d’autonomie soit dissociée de la vieillesse chez les boomers. C’est plutôt que cette éventualité s’exprime autrement, en termes de vulnérabilité (56%) et de “dépendre de son corps” et de comment celui-ci pourra continuer à porter l’homme et la femme que l’on est (72%).

 

Des boomers confiants mais qui appréhendent néanmoins l’éventualité d’une perte d’autonomie
48% indiquent avoir peur de vieillir
87% ont déjà pensé qu’ils pourraient perdre leurs capacités et devenir dépendants dont 40% “souvent”
 
Les principales craintes des boomers dans le fait de vieillir
« Perdre ses capacités mentales »
« Être une charge pour les personnes de son entourage »
« Ne plus pouvoir se déplacer »
« Perdre la mémoire »
 
Ce qui fait le plus peur dans le fait de vieillir renvoie avant tout au fait de perdre le contrôle de sa vie. On touche ici au sens premier du terme autonomie, plus encore qu’à la notion d’indépendance.

 
Autonomie = capacité à décider pour soi-même, à choisir ses règles de conduite, l’orientation de ses actes et les risques encourus, en pleine conscience de soi
Indépendance = capacité à faire par soi-même sans aide extérieure

 
Les attentes des boomers dans l’éventualité d’une perte d’autonomie
⇨ 81% des boomers estiment que ce n’est pas le rôle des enfants de prendre en charge leurs parents dépendants et qu’il est préférable que ces derniers soient aidés à domicile par des professionnels
⇨ 75% des boomers accepteraient d’être accompagnés dans leurs activités quotidiennes par des professionnels à domicile. Ils choisiraient d’ailleurs en 1er lieu le soutien de professionnels à domicile, avant l’aide du conjoint ou de leurs enfants.
 

Le positionnement des boomers rompt avec la vision traditionnelle de la “vieillesse redoutée” car associée au retrait social et à la perte. Sans aller jusqu’à parler d’un renversement complet de perspective, on voit bien que les futures générations ne vont pas vivre la vieillesse de la même façon que leurs aînés. L’enjeu pour les services d’aide et d’accompagnement à domicile comme O2 est d’être au rendez-vous de leurs attentes !


vdc-pub5