Devis Express

Troisième édition du baromètre Oui Care sur le travail au noir

Visuel-1-Travail-au-Noir-V1
 

Le groupe Oui Care, et sa marque principale O2 Care Services, s’engagent depuis sa création dans des actions contre le travail au noir, fléau économique, social et sociétal.

 

Depuis 2008, O2 Care Services est très engagé dans les actions pour lutter contre le travail au noir.


Après deux premiers baromètres en 2008 et 2013 sur les pratiques des Français en matière de travail au noir, le nouveau baromètre 2018 Oui Care – Market Audit met en avant une forte montée du travail au gris, autrement dit le travail où seule une partie des heures est déclarée. Ce baromètre fait également ressortir une méconnaissance des risques encourus lorsque l’on emploi une personne de manière illégale.

 
Capture
 

Cette méconnaissance des risques est liée, pour partie, aux employeurs qui ne perçoivent pas toujours leur employé à domicile comme un salarié. Mais quand un salarié attrait son employeur devant le conseil des prud’hommes, il gagne dans l’immense majorité des cas et l’employeur est condamné.

 

Et comme l’explique Sophie Caubel, avocate spécialisée en droit social, “Contrairement à ce que l’on peut penser les contentieux ne surviennent pas que dans les cas rares d’accidents. Lorsque le contrat s’arrête (licenciement ou retraite) ou est suspendu (par exemple à l’occasion d’une maladie ou d’une grossesse), les revenus de remplacement prennent le relais. Ces revenus sont calculés par référence au salaire brut de base. En cas de travail au noir, il n’y a bien sûr aucun revenu de remplacement. Mais ce que l’on n’anticipe pas toujours, c’est qu’en cas de travail “au gris”, où seule une partie des revenus a été déclarée (soit une partie des heures effectuées soit une part minorée du taux horaire effectivement versé), il n’y a donc pas eu de cotisations sociales sur l’ensemble des salaires perçus. Le salarié perçoit alors un revenu de remplacement très largement inférieur à celui auquel il pensait avoir droit. Son pouvoir d’achat chute fortement.”

 
guillaume
 

Guillaume Richard, Président Fondateur d’O2 Care Services se félicite que ses salariés et ses clients aient fait le choix de recourir à du travail déclaré notamment au regard des risques encourus “Aujourd’hui le travail au noir représente certes un coût légèrement moins élevé, au regard du seul tarif horaire, que le travail déclaré, que ce soit en emploi direct ou en mode prestataire. Mais quand on considère tous les risques qui sont couverts lorsqu’on déclare un salarié, la valeur ajoutée est supérieure au faible écart de coût. De plus les 50% de crédit d’impôt quand on fait appel à du service à domicile font qu’au final la prestation vous revient à même pas une dizaine d’euros, donc comme le travail au noir qui est moins sécurisant que ce soit pour l’employeur ou pour l’employé. Le travail au noir n’apporte au salarié aucune protection sociale, ni aucun protection pour les retraites, ou encore aucune possibilité d’émancipation. Chacun a donc intérêt à déclarer leurs prestations et bien évidemment à passer par une entreprise comme O2 qui leur offre une sécurité importante et une tranquillité d’esprit. »


Les salariés O2 Care Services témoignent #PasAuBlack :

https://www.youtube.com/watch?v=42z4g_X4F-s

https://www.youtube.com/watch?v=evJYzSIyemE

 

Les trois baromètres sont consultables sur le site groupe Oui Care :

https://ouicare.com/fr/le-travail-au-noir/


vdc-pub2