Devis Express

Discrimination des personnes âgées, une réalité !

Portrait einer Frau, die 96 Jahre alt ist
 
Le genre, l’origine ethnique et l’âge peuvent être l’objet de discrimination. Elle prend racine dans les stéréotypes négatifs que chacun peut avoir sur une population et les caractéristiques qu’il lui prête. Quand il engendre une discrimination, ces caractéristiques ont bien entendu une valeur négative.
 
Concernant l’âge, plus particulièrement le vieil âge, ces stéréotypes se nourrissent de la vision négative du vieillissement.
 
Cette vision est alimentée par, d’une part, l’idée qui circule qu’un « vieux » est un inactif donc une charge économique et, d’autre part, la médicalisation progressive qui associe vieillesse à maladie.
 
Une dernière cause, plus inconsciente, et qui nous rend discriminant à notre corps défendant est les images de vieillard qui hantent notre inconscient collectif ; les réactions envers les personnes âgées sont la traduction de l’angoisse générée par cette perspective voire par la perspective de finitude.
Ainsi, la discrimination prend racine dans un grand nombre d’idées reçues car les données chiffrées nous indiquent que seuls 17% des plus de 80 ans sont dépendants(1) : le vieillissement n’altère profondément qu’une minorité de personnes âgées. Le vieillissement n’est pas forcément un déclin.
 
Comment pourrait-il en être autrement tant que le vieillissement sera associé à ces préjugés ?
 

Quand l’enfer est pavé de bonnes intentions

 
Les relations interpersonnelles du quotidien peuvent malgré leur bienveillance apparente et réelle de la part des protagonistes être empruntes d’une discrimination ; Ainsi, parler très fort, parler lentement ou utiliser des phrases simplifiées voire simplistes sont autant d’adaptation liée à des idées reçues que les personnes âgées souffrent de troubles de l’audition ou de troubles cognitifs.
 
Est-ce grave ? Oui, ces attitudes inaugurent un cercle vicieux qui va concourir à la diminution des performances des personnes âgées.
En effet, plus on aide une personne âgée voire on fait à se place, plus elle perd confiance en elle, à une mauvaise image d’elle-même et finit par se considérer comme une charge, un poids, un fardeau.
 
O2, leader des services à la personne, regarde les personnes âgées, parfois en perte d’autonomie, comme des personnes et pas comme des « vieux » ; Ainsi, les Assistants de Vie laissent leurs préjugés et leurs idées reçues aux vestiaires. Ils regardent avant tout les capacités et les aspirations de la personne avant ses incapacités et ses besoins. Personne âgée et Assistant de vie vont ensuite « Faire ensemble », autant que possible, pour viser la préservation de l’autonomie.
 

Impact de l’âge dans les attitudes de soin(2)

 
Les professionnels de la santé sont sujet au phénomène de discrimination car leur périmètre d’action concerne des personnes âgées malades, en perte d’autonomie qui « contamine » leurs représentations mentales du vieillissement en général.
 
La discrimination peut avoir un impact sur la santé des personnes âgées notamment dans l’accès aux soins anti-cancéreux, la proposition d’une reconstruction mammaire après ablation d’un sein ainsi que le diagnostic de la dépression.
 
La moindre proposition d’une reconstruction mammaire s’appuie certainement sur des idées reçues qui sont que son aspect corporel importe peu à une femme âgée ou, encore, qu’elle n’a plus de sexualité.
 
Quant au diagnostic de la dépression, il est sous-estimé du fait de l’idée reçue qui est que le vieux est forcément et fatalement triste.
+ plus le soignant a une vision négative, plus son attitude de soin diffère avec l’âge.
 

« Vieux » … aurons-nous la chance de le devenir ?

 
Vieillir sera associé à l’idée de « malchance » tant que, dans l’esprit de chacun d’entre nous, il sera synonyme de maladie, de déclin et de dépendance.
 
Nous serons demain les vieux d’aujourd’hui. Que penser d’une société dont les membres peuvent se dire qu’ils ne seront pas respectés quand ils seront âgés ?
 


La discrimination envers les personnes âgées : Une réalité nommée âgisme(3)


 
(1)« Les papys qui font boom » du Professeur Gilles Berrut, Ed. Solar, 2008
(2) http://www.agisme.fr/spip.php?article87
(3)Créé en 1969 par le gérontologue américain Robert Butler pour nommer les discriminations touchant les personnes âgées, mais il est de nos jours utilisé quel que soit l’âge de la personne qui en est victime


vdc-pub5