Devis Express

Prévenir la maltraitance des personnes âgées

leben
Réalité longtemps minimisée voire ignorée, la maltraitance des personnes âgées est de plus en plus regardée en face eu égard aux données chiffrées recueillies sur cette problématique1.

Consciente de cette réalité et engagée sur ce thème, la société O2, leader des services à la personne, interpelle ses intervenants à domicile. D’une part, elle les sensibilise dès l’embauche (prérequis) et les forme tout au long de leur parcours professionnel (e-learning, réunion trimestrielle) ; d’autre part, elle met en œuvre une organisation interne qui facilite et encourage le signalement de toute situation préoccupante concernant une personne âgée.

La maltraitance, sous toutes ses formes, doit être signalée moins pour dénoncer, juger et éventuellement condamner son auteur que pour protéger la victime, restaurer sa dignité et souvent apporter de l’aide à des proches aidants dépassés, déstabilisés, épuisés.
 

Personne n’a jamais été âgé avant !

 
La maltraitance relève d’un processus complexe qui s’inscrit dans une relation affective plus ou moins heureuse ou dans un contexte professionnel plus ou moins satisfaisant.

Quoiqu’il en soit, comprendre une personne âgée est difficile car aucun de ceux qui s’occupent d’eux n’a traversé cette période ! Ainsi, chacun à des représentations, des points de vue et des idées reçues qui peuvent être très éloignés de ce qui est vécu et ressenti par la personne âgée.

Ce constat vient interroger la capacité de chacun à se mettre à la place du sujet âgé et la façon dont il exerce son ascendance d’autant plus que celle-ci croit avec la dépendance de la personne.
 

Le pouvoir

 
« Il n’y a pas le pouvoir. Il y a l’abus de pouvoir, rien d’autre » Henry De Montherlant, Académicien, écrivain, Romancier (1895 – 1972).

Plus elle perd en autonomie, plus la personne âgée se trouve en situation de dépendance à l’égard d’une ou plusieurs personnes. Ces dernières doivent être particulièrement vigilantes à leur posture du fait de cette inégalité des places. Elle peut conduire à ce qu’une ascendance se mette en place au détriment de la bienveillance.
 

L’empathie

 
Et si on se mettait à sa place, non pas au sens d’une identification projective qui nous ferait penser que nous allons faire pour lui comme on ferait pour nous mais au sens empathique décrit par Carl Rogers2 :

« …être empathique consiste à percevoir avec justesse le cadre de référence interne de son interlocuteur ainsi que les raisonnements et émotions qui en résultent… C’est-à-dire capter la souffrance ou le plaisir tels qu’ils sont vécus par l’interlocuteur, en percevoir les causes de la même façon que lui… »

Cette posture permettrait d’être sensible à ce qui est vécu comme maltraitant par la personne âgée.
Que ressentirions nous si quelqu’un choisissait à notre place notre tenue vestimentaire sans nous demander notre avis ?

Quel sentiment nous traverserait si, sans cesse, un proche finissait nos phrases parce que le rythme de notre élocution n’est plus celui des actifs, des efficaces, des productifs ?
Qu’éprouverions-nous si on faisait à notre place des tâches de notre quotidien parce que nous ne les faisons plus assez vite ?

La maltraitance est constituée par des actes, des gestes, des paroles qui, le plus souvent sans le vouloir, heurte la personne âgée et qui, dans leur caractère répétitif, en vienne à lui faire penser qu’elle n’a plus de valeur, plus d’intérêt, plus de place légitime dans la société, …

Un proverbe africain dit « Il faut tout un village pour élever un enfant », l’OMS nous rappelle qu’il faut tout un monde pour prendre soin de nos aînés.
 

Journée mondiale de la prévention de la maltraitance des personnes âgées, 15 juin 2018
Pour signaler une situation préoccupante : le 3977

1 http://www.who.int/violence_injury_prevention/violence/world_report/factsheets/en/elderabuse_fr.pdf?ua=*
2 1961. Le développement de la personne (On Becoming a Person), Dunod, 2005, 270 p


vdc-pub6